Home Άλλες Γλώσσες Άλλες Γλώσσες
Silica - SIlicea - Esencia de la Materia Medica Homeopatica PDF Εκτύπωση E-mail
There are no translations available.

ESSENCE DES REMÈDES HOMEOPATHIQUESThe following is a full and exact copy of Silica contained in ESSENCE DES REMÈDES HOMEOPATHIQUES.

Please note that you are not allowed to copy this page to your website. Check our copying policy for details.

 

SILICEA

Pour décrire Silicea, la notion fondamentale est celle de docilité. Il s'agit d'une forme de réserve et de timidité, mais non de lâcheté, comme nous pouvons la rencontrer chez GELSEMIUM ou LYCOPODIUM. Cette sorte de soumission semble provenir d'un manque d'énergie à défendre son point de vue, même si celui-ci lui tient le plus à coeur. Silicea sera par conséquent un patient tout à fait conciliant et d'un commerce agréable.

Ce sont généralement des intellectuels mais non sur le registre agressif ou critique de LACHESIS. Ils ont de la délicatesse et sont intelligents. Vous voulez leur imposer votre point de vue, ils ne s'opposent pas. Compréhensifs à l'égard de toutes les idées, ils sont capables de tenir compte des vôtres, de saisir là où vous avez raison, là où vous avez tort, tout en s'abstenant de commentaires. Contrairement à PULSATILLA, Silicea a une opinion qui lui est propre, mais il ne prendra pas le risque d'avoir à la défendre et de s'attirer des ennuis.

Ainsi, les Silicea se présentent comme des personnes courtoises et réservées, mais nullement comme pourraient l'être STAPHYSAGRIA, IGNATIA ou NATRUM MUR. ; ce n'est pas de l'isolement. Elles sont capables de parler librement si les circonstances le leur permettent et elles se font facilement des amis. Comme patients, jamais ils ne deviennent dépendants, jamais ils ne cherchent à accaparer le temps du prescripteur. Supposez par exemple que vous ayez en traitement un patient Silicea et que vous ayez essayé sans résultats un certain nombre de remèdes, il ne s'impatientera pas et ne vous remettra pas en question pour autant. Il n'aura jamais, vis-à-vis de vous, cette dépendance que l'on trouverait normalement chez ARSENICUM ou PHOSPHORUS. Silicea a une gentillesse semblable à celle de Phosphorus, mais sans la dépendance et sans l'extra-version de ce dernier.

Un des points essentiels chez Silicea : la fatigue, surtout sur le plan mental où il accuse un manque d'énergie. Il apprend en conséquence à gérer ce peu d'énergie, s'applique à l'essentiel, ne s'attache pas aux futilités, ne cherche pas à s'imposer.

Délicats, raffinés, esthètes, voire aristocratiques. C'est du « raffinement » au sens étymologique. Fins, pâles, délicats. Intelligents et perceptifs, jamais péremptoires, jamais agressifs.

L'enfant Silicea appartient en général à une classe sociale élevée. Il est délicat et présente souvent une déviation de la colonne vertébrale. Il fait preuve de précocité sur le plan intellectuel ce qui ne sera pas forcément sans conséquences pour son équilibre ultérieur. Trop sollicité il s'épuise rapidement. La plupart des enfants, lorsqu'on leur fait une remontrance, peuvent s'en souvenir quelques jours puis oublier. L'enfant Silicea, lui, n'oublie plus. Comprenant la raison de cette remontrance, il s'impose un changement de comportement, ce qui représente une répression mentale excessive pour un enfant. Les enfants Silicea sont trop sérieux, trop « corrects ».

Cette stimulation excessive de la sphère mentale, suivie d'une chute d'énergie, sert en général de base pour décrire ces intellectuels qui développent soudain une aversion pour leur travail. Ils ne se sentent plus capables d'assumer leurs responsabilités professionnelles. Ceci peut être comparé à CALCAREA CARBONICA, chez lequel on va trouver cette chute d'énergie sur le plan intellectuel, mais chez lui, c'est plutôt une conséquence de l'anxiété et des soucis. Calcarea, en général, est plus grossier, plus axé sur des problèmes de survivance, il se tracasse pour des questions matérielles, des dépenses imprévues, etc., et il sécrète tout un système de défenses contre ces soucis. Silicea sera plus raffiné, plus délicat, plus vulnérable.

Tout comme Silicea peut se laisser dominer ou réprimer sur le plan mental, sur le plan physique nous trouvons la même vulnérabilité. Tendance à transpirer abondamment particulièrement au niveau des aisselles, du dos, du cou, des pieds ; se porte bien tant que cette transpiration n'est pas supprimée. Ne soyez pas impatient d'améliorer la tendance à la transpiration chez Silicea, si vous y réussissez, par un moyen quelconque en la « supprimant », votre patient va aller au-devant de troubles très sérieux. Si la transpiration est supprimée par exemple à l'aide de déodorants, poudres, acide borique, etc., le patient pourra développer : tuberculose, cancer, nephropathies, et autres sérieux problèmes... les injections vaginales, elles-mêmes, aidant à la suppression de la leucorrhée, peuvent déclencher des coliques néphrétiques, etc.

Si les médications antisudorales peuvent avoir les conséquences les plus fâcheuses, l'évaporation au niveau de la peau peut produire des effets similaires, quoique n'ayant pas le même caractère de gravité. L'exposition aux courants d'air alors qu'il est en transpiration peut déclencher chez un patient Silicea une migraine ou un rhumatisme. La transpiration est très caractéristique, à la fois offensive et acre. L'odeur en est vraiment forte, le patient peut se laver les pieds trois fois par jour sans en venir à bout. Cette odeur provient de la décharge de toxines, phénomène que nous trouvons également chez PSORINUM, chez qui la transpiration est encore plus forte, puisqu'il est presque impossible de rester dans la même chambre tellement cette odeur est incommodante. SULFUR a également une transpiration offensive, mais cela tient surtout au fait qu'il se lave mal. Le patient Sulfur, perdu dans ses pensées, se lave seulement par endroits et de façon superficielle, un symptôme que, bien sûr, l'on n'obtient pas facilement si ce n'est en posant la question directement, et avec assez de diplomatie.

Transpiration acre également au niveau des pieds, non seulement irritante mais qui brûle les chaussettes. Là où une personne normale use une paire de chaussettes en deux ans, Silicea l'use en trois mois.

Si l'on considère l'état de soumission, de « suppression », de manque de communication de Silicea, on n'est pas étonné de voir que ces sujets développent des tumeurs de toutes sortes — fibromes, tumeurs kystiques au niveau du sein, indurations glandulaires, verrues, etc. Ces tumeurs sont généralement dures, comme chez CALCAREA FLUORICA et BARYTA MURIATICA. Ils peuvent aussi, comme GRAPHITES, faire des chéloïdes au niveau des cicatrices. Les fissures au niveau de la peau sont également fréquentes. Les ongles, marqués de taches blanches caractéristiques, se cassent.

Silicea est connu également pour faire ouvrir les abcès et guérir les patients ayant tendance à la suppuration. Cela est vrai lorsque le remède s'adapte au patient dans sa totalité. Parce que Silicea est un remède d'action très profonde, il y a toujours un risque à l'utiliser de façon routinière en présence d'un abcès. Chez les gens ayant tendance à la suppuration Silicea peut soulager un moment, même si le remède n'a pas été judicieusement choisi. Mais quelle conséquence cela aura-t-il sur les suppurations ultérieures ? Elles seront peut-être plus profondes et d'un traitement plus difficile.

La soumission passive de Silicea le prédispose de manière significative à la constipation. La selle est dure, il y a une inactivité au niveau des muscles du rectum. Le malade fait des efforts d'expulsion mais la selle rétrocède, et celui-ci abandonne. On en parle dans les ouvrages sous le nom de « selle modeste ».

Pour les tendances alimentaires, nous trouverons une aversion du sel, de la viande et du lait. Une intolérance aux graisses et au lait. On a également observé que Silicea peut avoir un désir particulier pour les oeufs, comme CALCAREA CARB. et PULSATILLA.

En présence d'un patient ayant peu de symptômes mentaux ou émotionnels, il est quelquefois difficile de poser un diagnostic différentiel entre Silicea et NITRIC ACID. Tous deux ont tendance à être minces et frileux. Tous deux ont une transpiration acre ; présentent des tumeurs, des verrues, des fissures ; ont des taches blanches sur les ongles. Ce qui peut nous permettre au niveau de la symptomatologie de les différencier c'est le sel et les graisses. NITRIC ACID a un désir de sel et de graisses, Silicea a l'aversion du sel et ne tolère pas les graisses. En fait, les symptômes émotionnels permettent en général aisément de faire la différenciation. Nitric acid est anxieux, dépendant, exigeant. Silicea a plus de délicatesse ; il est patient et soumis.

Silicea est très frileux, mais il faut se rappeler que, dans les maladies aiguës, Silicea peut être intolérant aux pièces chaudes mal aérées, comme PULSATILLA. En revanche, Silicea peut être aggravé par les courants d'air, alors qu'il ne semble pas en être particulièrement incommodé. Ceci par opposition avec KALI CARBONICUM qui est extrêmement sensible aux courants d'air, alors que ceux-ci ne l'aggravent pas réellement. Quelquefois, Silicea est amélioré lorsque le temps tourne au froid sec.

Il est intéressant de souligner que Silicea, comme CALCAREA, est aggravé pendant la pleine lune. Il semble que les patients qui manquent des éléments qui prévalent sur la terre — et probablement sur la lune — soient particulièrement affectés par les phases de la lune. Notons encore la relation particulière de Silicea avec les aiguilles. Ils ne confieront pas spontanément cette information mais vous découvrirez à travers l'interrogatoire qu'ils ont peur des aiguilles et des objets pointus. Cela peut servir occasionnellement de svmptôme de confirmation. Dans les symptômes particuliers, on peut encore noter la sensation de cheveu sur la langue — qui se retrouve aussi chez KALI BICHR.

D'après mon expérience, il est rare que les patients Silicea aient une pathologie sérieuse sur le plan mental ou émotionnel. Ce dont ils se plaignent surtout c'est de leur manque d'énergie sur le plan mental. Quelquefois, ils peuvent avoir des idées fixes, ce qui n'est pas surprenant puisqu'ils peuvent développer des tumeurs dures. Ils ont parfois des préjugés irrévocables, comme par exemple que « le sexe est un péché dans n'importe quelles circonstances ». Comme si une petite partie de leur cerveau s'était sclérosée, il existe une perte de flexibilité de la pensée sur des points spécifiques.